2020_CiPS_Fond dégradé_v2.png

Messages

du président et de la directrice

Jean-Baptiste Dumas
Président du CiPS
040b.jpg

Clap ! clap ! clap !... Chacun se souvient des applaudissements qui, il y a un an, le soir venu, rendaient un hommage appuyé aux soignant·e·s mobilisé·e·s sur le front de la pandémie : avec un peu de recul et une perception plus complète de la situation d’alors nous pouvons considérer ces acclamations adressées aux  infirmières et infirmiers comme ayant une portée allégorique et métaphorique mais s’adressant, pour de vrai, à l’ensemble des métiers de la santé et du social, tant les autres professions de ces deux domaines se sont révélées les destinataires légitimes de ces manifestations de reconnaissance. Clap ! clap ! clap !... pour tou·te·s celles et ceux qui ont assuré des prestations de haut niveau dans ce climat tendu et incertain.

 

Reconnaissons-le, en terme de promotion des métiers, la pandémie aura mis en évidence auprès du public, et mieux que toutes les campagnes que nous aurions pu concevoir, le rôle fondamental et l’engagement de ces équipes de collègues qui ont su montrer de manière convaincante que le professionnalisme, dans ces domaines, est un subtil alliage de compétences professionnelles acquises lors des formations qui conduisent à ces métiers et d’humanité au cœur des valeurs des professionnel·le·s qui s’y consacrent. Proposant, soit dit en passant, une belle illustration de la baseline de longue date du CiPS qui a fêté durant l'année 2019 ses 30 ans « l’humain au cœur des professions santé social » Clap ! clap ! clap !... aux 30 ans bien sonnés du CiPS et bravo à tous ceux qui en ont été les acteurs.

 

Mais si l’importance des missions des métiers de la santé et du social a été largement perçue, a également été mise en évidence la nécessité d’un renforcement urgent des conditions générales de l’exercice professionnel de ces métiers reconnus de première nécessité, à défaut de quoi, malgré la promotion des missions, l’attractivité suffisante pour donner envie d’en faire son métier en pâtira.

C’est un objectif posé de la mutualisation des énergies CiPS – ORTRA décidée par le canton et qui se concrétisera le 17 juin 2021. Si ce projet se doit d’être ambitieux au regard des enjeux actuels et futurs en termes de formations des professionnel·le·s de la santé et du social, sa concrétisation ne fut pas chose aisée et se solde, malheureusement, par le départ de la directrice actuelle du CiPS, Madame Isabelle Meister. Nonobstant nos regrets, relevons que Madame Meister aura été, durant les vingt ans de son mandat, une collaboratrice remarquable. Entreprenante et clairvoyante, elle a fait preuve de grandes capacités d’innovation et de créativité pour conduire au succès la mission du CiPS. Elle a incarné dans son travail et dans ses relations professionnelles les valeurs des professions de la santé et du social qui sont également portées par toute son équipe. Nous lui souhaitons d’ores et déjà plein succès dans ses nouvelles entreprises, convaincu que ses multiples talents contribueront au succès d’autres missions porteuses de sens.

 

Clap ! clap ! clap !... merci et bon vent pour elle qui s’en va, Clap ! clap ! clap !... et plein succès pour l’équipe en place qui saura relever le défi de la suite de notre mission dans la nouvelle entité en voie de création.

 

La dissolution prochaine du CiPS mettra également fin à une présidence qui fut une charge passionnante, faite de rencontres stimulantes, avec une équipe fédérée autour d’un projet commun, entourée d’un bureau et d’un comité propositionnels et collaborant avec des prestataires externes compétents et concernés. A tous ma reconnaissance pour votre confiance et, pour ce coup, CLAP !...de fin

 

Isabelle Meister
Directrice du CiPS

Ce n’est pas sans un pincement au cœur que je rédige ce dernier billet après vingt ans d’activité exercée dans ma fonction de directrice du CiPS dans laquelle je me suis investie sans réserve ayant toujours eu la conviction que les missions qui nous ont été confiées sont essentielles pour notre société dont les besoins en matière de santé et d’accompagnement ne cessent d’augmenter.

 

J'ai eu tant de plaisir à gérer et développer l'association mise au service de la population vaudoise pour l'informer de ses possibilités de formations dans les domaines de la santé et du social et pour la sensibiliser aux carrières épanouissantes que ces deux domaines peuvent offrir. Aux infirmières et infirmiers qui ont toujours occupé une place particulière au sein de l'association, c'est un réel succès d'avoir accueilli le Dispositif de réinsertion et réorientation professionnelle qui a pu renforcer le réseau santé-social de personnel hautement qualifié et si indispensable. L'ensemble de ces activités dont l'humain en est au centre, a pleinement profité à ses membres et a progressivement conduit le CiPS à devenir une référence dans le paysage santé-social.

 

Avec les différents membres de mon équipe que je remercie chaleureusement, nous avons mené des actions d'information et de promotion au gré de l'évolution digitale avec la précieuse collaboration de nos partenaires de la communication que je remercie également vivement pour leurs contributions. Nous avons mis en valeur des professionnel·le·s de la santé et du social pour transmettre une image attrayante mais aussi réaliste de leurs activités afin de participer au processus d'orientation si important pour les jeunes notamment. Nous avons suscité encore davantage l'envie en proposant de partager une journée en immersion avec un·e professionnel·le de la santé ou du social grâce au projet VisMonJob dont je suis ravie d'avoir eu cette initiative offrant une réponse supplémentaire aux thématiques de la sensibilisation et de l'orientation.

Le CiPS est arrivé à un carrefour de son histoire, je l'ai écrit à toutes celles et tous ceux qui ont reçu un exemplaire imprimé de l'album édité à l'occasion des trente ans de l'association. Il aura fallu plus de trois années pour unir le CiPS et l'OrTra, une durée interminable mais qui symbolise aussi la complexité d'un exercice sous-estimé. Si le chemin a été long depuis 2018, il en valait assurément la peine pour préserver l'équilibre qui a toujours naturellement existé au CiPS entre les membres issus des milieux de la formation et des milieux professionnels. 

 

Depuis le début du processus, j'ai fait le choix de l'accompagnement aussi bien pour l'association que pour mon équipe afin d'assurer une transition qui puisse aboutir à une satisfaction amplifiée, c'est le cas aujourd'hui et ma mission à ce niveau est accomplie. Je regrette très sincèrement de ne pas pouvoir poursuivre cette activité qui me passionne mais l'organisation de la nouvelle entité a évolué vers un modèle où mon poste disparaît.

 

Je ne garderai que le positif et l’énergie qui m’a animée durant toutes ces années. Je remercie l’État de Vaud qui a soutenu financièrement le CiPS pendant trente ans et qui lui a adressé de nombreux messages l’encourageant à poursuivre son action. Je remercie les membres de l'association de leur soutien, mon Comité de m’avoir confié cette mission si ambitieuse, toutes celles et ceux qui ont collaboré avec moi et m'ont fait confiance et enfin notre Président, Jean-Baptiste Dumas, qui incarne l'excellence d'une présidence tant son investissement et son envergure sont exemplaires.

 

A présent, la capitaine du CiPS va devoir apprendre à conjuguer à l'imparfait cette activité le temps qu'il faudra pour envisager un autre futur... Je vous souhaite à toutes et tous un très bon voyage sur ce magnifique paquebot qui va prendre le large vers un nouveau cap santé-social aux ressources renforcées avec un nouvel équipage. Prenez soin de vous et de mon équipe qui bouillonne d'idées à mettre à votre service...

 

Avec mes meilleurs vœux de succès